« Pourriez-vous checker et imprimer ASAP tous les mails que j'ai reçus cette semaine concernant le dossier XYZ. J'ai l'intention de les utiliser au meeting de ce matin. Pourriez-vous aussi rédiger la to-do-list après le meeting, la deadline pour présenter le projet approche à grand pas. »


Ce genre de discussion en franglais vous est sûrement familier puisque vous l'entendez probablement à longueur de jour, au bureau notamment. Mais pourquoi un tel engouement pour les anglicismes? La langue française est pourtant suffisamment riche, regorge d'un nombre incalculable de jolis mots et d'expressions colorées pour ne pas emprunter des mots à l'anglais en permanence.


La langue de Shakespeare s'imposant un peu plus chaque jour partout dans le monde, il ne faut pas se surprendre de l'utilisation excessive des mots empruntés à l'anglais dans le milieu professionnel ou dans la vie courante. Ces mots d'ailleurs fort répandus entre autres dans les domaines du Web, du marketing, de la communication, des jeux vidéo et qui comportent une foule de termes techniques et spécifiques qu'on ne prend même pas la peine de traduire. Pourtant, il est possible de trouver un équivalent français à la quasi-totalité des mots anglais. Mais à l'ère de la mondialisation, le fait de parler un langage international semble devenu quasi incontournable. Et il y a plus.


Les individus friands d'anglicismes veulent montrer qu'ils sont dans le coup parce que le fait de placer deux ou trois mois dans une phrase même avec un accent douteux est souvent perçu comme un signe de modernité. Certains mots de la langue française sont jugés trop longs, trop figés, trop ringards, pas assez concis, pas assez accrocheurs, pas assez imagés. Bref, ils ne font généralement pas le poids face aux anglicismes.


« Pourriez-vous vérifier et imprimer le plus vite possible tous les courriels que j'ai reçus cette semaine concernant le dossier XYZ. J'ai l'intention de les utiliser à la réunion de ce matin. Pourriez-vous aussi rédiger la liste de choses à faire après la réunion, la date limite pour présenter le projet approche à grand pas. »


La langue de Molière n'a-t-elle pas tout pour séduire?