Conscientes que de perdre un employé est extrêmement coûteux, les entreprises jugent plus rentable de prendre les moyens pour retenir leur personnel plutôt que d'avoir à enclencher de nouveau le processus de recrutement lors d'un départ. Par conséquent, lorsqu'un employé manifeste son intention de quitter l'organisation, elle met aussitôt en pratique son plan de rétention qui consiste le plus souvent en des incitatifs monétaires ou en une politique de découragement au départ. Formule gagnante, ce plan de rétention? Pas vraiment...

Plan de fidélisation vs plan de rétention

Une offre de hausse salariale ou d'avantages supplémentaires peut faire temporairement changer d'avis un employé qui souhaite quitter l'organisation qui l'embauche, mais cette stratégie risque de ne pas tenir le coup très longtemps. Si le salarié sent que le lien avec son employeur est rompu, que sa contribution au projet de la firme n'est pas ou plus reconnue, que son développement professionnel est pris dans une impasse, que la relation qu'il entretient avec son gestionnaire est devenue oppressante, il partira tôt ou tard.

Bien qu'une rémunération et des conditions de travail alléchantes aient le pouvoir d'attirer un travailleur et leur bonification, de le retenir, elles ne le fidélisent pas pour autant. Il s'agit-là d'une pratique qui ne fonctionne qu'à court terme. Il faut beaucoup plus que cela pour créer un lien affectif entre l'employé et son employeur. En choisissant une entreprise, un individu veut, en plus de participer à l'essor de celle-ci, relever des défis et être convaincu que sa performance et ses efforts le conduisent quelque part.

Fidéliser un employé plutôt que de tenter de le retenir, c'est tout simplement privilégier des pratiques qui font en sorte que son travail au quotidien soit une source de plaisir.