Vous passez devant le bureau de votre collègue et vous vous arrêtez net pour contempler le décor, ébahi. Quatre énormes piles de dossiers desquels ressortent des feuilles pêle-mêle menacent de s'effondrer. Un nombre incalculable de gobelets de café, de vaisselle sale, de canettes et d'emballages de bonbons vides décorent les classeurs. Par terre, ont été abandonnés des baskets, des pulls, des journaux qui datent du siècle dernier, des cahiers avec plein de post-it de toutes les couleurs dessus. Une multitude de trucs d'aspect bizarre débordent des tiroirs et de la corbeille à papier et sur l'écran de l'ordinateur, trois millions de dossiers se battent pour conserver leur place.
 

Vous entrez discrètement dans ce foutoir pour vous rendre compte que votre voisin de bureau, qui, penché sur la feuille de papier noircie devant lui, semble tellement absorbé qu'il n'a pas encore pris conscience de votre présence. Comment réussit-il à travailler dans un pareil capharnaüm? Serait-ce possible que le désordre qui règne dans cette pièce règne aussi dans la tête de votre camarade de travail? 

Mais ledit camarade de travail ne semble pas du tout embarrassé par son environnement bordélique et ne se formalise pas outre mesure des commentaires disgracieux et condescendants de ses coéquipiers ni même de ses supérieurs. Qui plus est, une étude récente menée par des professeurs et chercheurs de l'Université du Minnesota le conforte dans l'idée que le désordre comporte certains avantages qu'un environnement aseptisé n'a pas. 

Cette étude a démontré en substance que les travailleurs désordonnés seraient davantage créatifs, imaginatifs, originaux, seraient dotés d'un esprit plus aiguisé et auraient une propension plus marquée à générer des idées nouvelles, audacieuses, qui sortent des sentiers battus. En outre, les travailleurs qui refusent de perdre du temps à tout classer, tout ordonner démontreraient une volonté d'efficacité et de productivité plus développée, qui aurait un impact important sur la rentabilité de l'entreprise. 

Vous voilà vous aussi convaincu des retombées positives du désordre. Vous retournez à votre bureau et faites en sorte qu'il ressemble à une jungle. Puis, vous attendez l'idée lumineuse qui bouleversera votre existence... 

Vous attendez toujours... 

Et si le désordre n'était pas l'élément déclencheur de la créativité mais plutôt l'inverse. Ne serait-ce pas plutôt la créativité qui suscite le désordre? 

En fait, lorsque vous avez une idée en tête qu'il vous tarde de concrétiser, vous vivez dans une sorte de bulle qui vous fait oublier ce qui se passe autour de vous. Tout ce qui compte, c'est l'objectif que vous désirez atteindre. Le désordre peut bien s'installer, vous l'ignorez et votre créativité en fait de même. 

Au terme de votre projet, comme toutes les personnes imaginatives, vous procéderez au rangement puisque le désordre perpétuel est harassant et freine les élans créatifs plus qu'il ne les provoque.