Dévier signifie se détourner, s'écarter de la trajectoire normale. L'individu déviant est donc celui qui désobéit aux règles établies et les remanie en fonction de ses propres normes. Il y a le déviant négatif qui transgresse dans le seul but de faire augmenter son taux d'adrénaline, qui prend des risques absurdes et inutiles et peut faire du tort, à lui et aux autres. Mais il y a aussi le déviant positif qui prend plaisir à bifurquer parce qu'il croit que le chemin prévu au départ n'est peut-être pas le meilleur, qu'une autre route plus prometteuse attend d'être défrichée. Et c'est lui qui va s'atteler à la tâche. Il n'est pas tout à fait normal et veut faire profiter de son anormalité à tout le monde.


Le déviant positif excelle en général mieux que ses pairs, tout en étant soumis à des conditions similaires, en disposant des mêmes outils et en faisant face aux mêmes contraintes qu'eux parce qu'il a pris l'habitude de fracasser les formules conventionnelles, de se débarrasser des repères usuels. Bien qu'il ne suive pas souvent les règles, va à contre-courant, se contrefiche du convenu, du politiquement correct, l'entreprise n'a bien souvent d'autre choix que d'admettre que ce sont souvent les idées de cet employé atypique qui s’avèrent les meilleures, ses éléments de solution qui produisent les résultats les plus heureux.


Malgré tout et bien que les chefs d'entreprise découvrent peu à peu que l'innovation se cache ailleurs que dans la pensée unique, ils hésitent encore à faire une place aux déviants positifs et négligent de rechercher et détecter ceux qui font déjà partie de leurs rangs. Ils voudraient bien intégrer dans leur structure un mouton noir échevelé, même peut-être sous-diplômé, qui se distinguerait de leurs moutons déjà en poste, mais à l'embauche, les recruteurs rejettent les candidatures non conformes au profil traditionnel. Ils voudraient bien d'un côté pouvoir profiter du flair et du talent d'un déviant pour renflouer leurs coffres et assurer leur succès, mais craignent d'autre part d'avoir à gérer un travailleur désobéissant et allergique aux consignes, qui risque de faire tanguer le bateau et chambarder la routine.


Au final, ils se privent d'une ressource inestimable et le déviant positif reste sur la touche en attendant, en espérant qu'on fasse un jour appel à lui.