Il ne l'avouerait certes pas ouvertement mais si l'on donnait le choix à un gestionnaire entre embaucher une jeune recrue fraîchement diplômée ou une personne aux cheveux grisonnants, il n'hésiterait sûrement pas longtemps. La jeunesse, comme toujours, l'emporterait haut la main. Pourtant, l'expérience des travailleurs plus âgés constitue une précieuse valeur ajoutée dont on aurait tort de se priver.

À bas les stéréotypes

On craint que les employés âgés ne soient plus capables d'apprendre et que leur cerveau fonctionne au ralenti. Mais beaucoup de « têtes blanches » sont allumées et productives, souvent dotées d'un bagage de connaissances des plus impressionnant. Ou bien on se demande s'ils pourront s'adapter aux nouvelles technologies et à quel moment leur progression atteindra sa limite. Mais bon nombre de travailleurs d'âge mûr sont plutôt curieux et leurs petits-enfants se font souvent un plaisir de leur apprendre tout plein de trucs à l'aide de l'ordinateur ou du téléphone intelligent. Ils ont pris l'habitude de travailler fort depuis tant d'années, ils ne s'arrêteront pas en si bon chemin. On s'inquiète aussi d'un possible haut taux d'absentéisme dû à leur état de santé. Mais les employés de 50 ans et plus sont aujourd'hui encore en pleine forme, d'allure jeune et prennent soin d'eux, souvent mieux, à certains égards, que leurs jeunes consœurs et confrères. On se pose des questions quant à leur motivation et au degré de leur engagement, mais on se rend compte assez rapidement – les sondages le confirment d'ailleurs – que le degré et la qualité de l'engagement sont supérieurs chez les travailleurs expérimentés.

Une ouverture nécessaire de la part des employeurs

En contexte de pénurie de main-d'œuvre, les employeurs n'auront de toute façon bientôt plus le choix de prendre les moyens nécessaires afin d'attirer et fidéliser leurs employés plus âgés.

Pour satisfaire leur besoin de relever de nouveaux défis, on pourrait prévoir par exemple une méthode de transmission des compétences et du savoir-faire des travailleurs expérimentés aux travailleurs débutants.

Pour améliorer leurs conditions de travail et accroître leur niveau d'implication, on peut penser à des moyens comme le travail à temps partiel, à temps partagé, au télétravail, à la retraite progressive et à davantage de flexibilité sur le plan des horaires de travail.

Dans le but de les stimuler intellectuellement et les inciter à demeurer en poste plus longtemps, on peut leur proposer entre autres de participer à des programmes de perfectionnement qui leur donneraient l'opportunité d'apprendre en continu. L'utilisation des technologies actuelles et à venir offrent une multitude de possibilités en ce sens.

Enfin, il y a les incitatifs financiers qui sont toujours les bienvenus pour des personnes en fin de carrière.

Les avantages que retirent les entreprises à conserver leur main-d'œuvre vieillissante sont nombreux. Et les travailleurs âgés ont tout autant intérêt à rester en poste le plus longtemps possible, ne serait-ce que pour assurer leur bien-être physique et financier.