Michel-Ange aurait dit un jour que le plus grand danger pour le commun des mortels n'était pas de viser trop haut et de ne pas atteindre sa cible mais plutôt de viser trop bas et de l'atteindre.


Lorsqu'on vise trop bas, les résultats sont en effet souvent moindres que ce à quoi on aurait pu aspirer. On sait qu'on peut aller bien plus loin que l'endroit où l'on a choisi d'aller, mais pourtant, dans notre vie personnelle et professionnelle, on a tendance à se vendre au rabais, à abaisser nos critères de sélection, à minimiser nos talents et nos habiletés, à imaginer un avenir un peu blême. Pourquoi se refuse-t-on avec acharnement à espérer mieux? Par habitude? Par peur de l'échec? Ou peut-être même de la réussite? Parce qu'on craint le regard des autres?


Si vous laissiez un instant aller votre imagination sans vous censurer, sans tenter à tout prix de vous fixer des objectifs de bas niveau, de quoi voudriez-vous vraiment que votre vie ait l'air? Quels sont les projets que vous voudriez réaliser et dont vous pourriez vous vanter parce que vous en êtes réellement fier? Quelles sont les personnes dont vous voudriez vous entourer?


Savoir qu'on peut réaliser des choses formidables et continuer de niveler par le bas apporte son lot de désenchantement. Si ne pas atteindre l'objectif qu'on s'est fixé parce qu'on a mis la barre un peu trop haute est décevant, se satisfaire d'une réussite facile et prévisible est hautement démotivant et finit tôt ou tard par miner le moral.


Alors, pourquoi ne pas prendre comme résolution dès maintenant de partir à la conquête de sommets que vous jugez inaccessibles, juste pour voir où l'aventure vous mènera. Et que vous les atteigniez ou pas ces sommets, vous rendrez votre vie plus exaltante, plus riche en expériences trépidantes et surtout, vous aurez du plaisir. Bref, vous vous sentirez vivant et pour ressentir cette émotion, le nivellement par le bas est interdit.