« Je travaille à la direction d'une firme d'architecture depuis deux mois à titre d'adjointe administrative. Lors de mon entrée en fonction, j'ai été très bien accueillie, tant par les gestionnaires, les professionnels que par le personnel de soutien. Ma charge de travail est considérable mais je respecte les délais sans problème. J'accorde beaucoup d'importance à la qualité de sorte que je réponds aux attentes, même que je les dépasse.
 

Les quatre premières semaines se sont très bien déroulées mais depuis quelque temps, des nuages commencent à s'amonceler dans ce beau ciel bleu. Certains collègues et superviseurs s'amusent en effet à entrer en coup de vent dans mon bureau ou dans une autre pièce où je me trouve pour me reprocher haut et fort des insignifiances. Chaque fois, je suis tellement stupéfaite par ce comportement puéril et lourd que sur le coup, je ne trouve pas les mots pour rétorquer. Si au moins j'étais au fait de ce qui motive ces attaques répétées. » 

Ces propos vous sont familiers? On vous reproche d'avoir oublié une virgule dans un rapport de 30 pages? On vous dit qu'une petite ligne qui dépasse altère complètement la mise en page de votre document? On vous suggère de modifier la couleur de fond bleu clair du site Web que vous avez créé par le bleu azur? On vous regarde de travers parce que vous avez pris trois minutes de plus pour votre pause-repas? On vous avise affolé qu'il manque une chaise dans la salle de conférence où se déroulera un événement spécial que vous avez organisé? On vous considère irrespectueux d'accepter de rencontrer un client avec une cravate tachée d'une petite goutte de café? La liste des blâmes dérisoires est aussi longue que l'imagination de ceux qui les distribuent est fertile. 

À quel travailleur reproche-t-on habituellement ce genre de niaiseries? À celui dont le savoir-faire est irréprochable, dont l'efficacité fait rarement défaut. Dans quel but? Lui rabattre le caquet, le déstabiliser, le troubler, lui faire perdre confiance en lui. Pourquoi? Parce qu'il constitue une menace pour les individus moyens, qu'il dérange et parce qu'il peut à tout moment exiger de meilleures conditions, en adéquation avec ce qu'il rapporte. 

Pour quel comportement opter lorsqu'on fait face à une telle situation? Rester zen tout en se protégeant. 

Évitez d'accorder de l'importance aux vétilles de votre attaquant et pour faire sortir la vapeur, tournez ses reproches en dérision. N'oubliez pas toutefois de vous protéger en conservant des traces de votre travail et de vos créations ainsi que des preuves susceptibles de faire obstacle à d'éventuelles semonces. Car si votre attaquant n'est pas outillé pour fracasser des records de QI, il est en revanche probablement passé maître dans l'art de monter des dossiers négatifs assez convaincants...