On a tendance à penser que faire une erreur de recrutement signifie embaucher le mauvais candidat. Or, il existe une autre erreur de recrutement, tout aussi répandue et déplorable : passer à côté du bon.


Si les outils technologiques et communicationnels se raffinent toujours plus, les techniques de recrutement dans certaines entreprises n'ont, de toute évidence, pas beaucoup évolué. Nous assistons encore et toujours au scénario typique où le recruteur bombarde le candidat assis en face de lui des sempiternelles questions qui ne mènent nulle part, mais il-faut-qu'il-les-lui-pose-parce-que-c'est-écrit-sur-sa-liste. Le candidat bien sûr s'est préalablement préparé à répondre aux questions de ladite liste, de sorte qu'on ne connaîtra son degré d'originalité, sa capacité à faire face à l'inattendu et de s'y adapter, son habileté à penser en dehors de la boîte qu'une fois son contrat de travail signé... en admettant qu'il se rende jusqu'à cette étape du processus.


Parce que les services des ressources humaines ont souvent du mal à se défaire de leur allergie à la différence, si le candidat se présente bien, répond sagement au chapelet de questions qu'on lui pose, que son curriculum vitae est en béton armé et qu'il est bardé de diplômes, il y a de fortes chances qu'on lui confie le poste qu'il convoite, même si on entretient des doutes relatifs à certains aspects de sa personnalité. Si par contre il a une allure un peu fantaisiste, un parcours académique et professionnel en dents de scie et un comportement atypique, l'évaluateur qui souhaite à tout prix sécuriser son choix passera fort probablement rapidement à un autre appel.


En jetant son dévolu sur le gentil candidat, qui ira rejoindre les autres gentils employés, qui effectuent gentiment leur boulot, le recruteur passe peut-être à côté d'un candidat créatif, qui a l'habitude de proposer des pistes de solution inédites, qui ne craint pas de sortir des sentiers battus pour contribuer à l'essor de la firme qui l'a recruté.


Comment détecter ce genre de candidat et profiter éventuellement de ses lumières? En posant des questions singulières lors de l'entretien, des questions auxquelles personne ne pense à préparer des réponses.


« Que faites-vous lorsqu'on vous offre un cadeau que vous n'aimez pas? »