« Faire aisément ce que d'autres trouvent difficile à réaliser, c'est le talent; faire ce qui est impossible au talent, c'est le génie. » Henri-Frédéric Amiel.


Est-il préférable de développer ses forces ou bien de s'acharner à combler ses lacunes en matière de gestion? Est-il plus profitable de consacrer du temps et des efforts pour passer de bof à pas si mal dans un champ d'activités ou de consacrer ce même temps et ces mêmes efforts à travailler sur les points forts que l'on possède déjà?


Nous possédons tous des habiletés, des faiblesses et un potentiel de développement variable. Dans certains domaines, malgré un maximum d'efforts, nous passerons de l'état de médiocre à un chétif pas si mal. Dans d'autres domaines, avec une facilité désarmante, nous passerons de bon à excellent. La clé, vous l'aurez deviné, réside dans la capacité à déceler ses forces afin d'éviter de gaspiller inutilement son énergie et de bousiller sa confiance. Les dirigeants et les employés qui s'obstinent à consacrer plus de temps à travailler sur leurs faiblesses qu'à développer leurs talents, en plus de mettre en péril leurs chances d'avancement, se dirigent de fière allure vers l'épuisement professionnel.


Dans certains cas, bien entendu, il est impératif d'acquérir certaines compétences pour être en mesure de s'acquitter adéquatement de ses tâches. Par exemple, un directeur de département qui a de de la difficulté à gérer ses priorités n'a pas le choix de faire tout ce qui est en son pouvoir pour combler cette lacune sans délai. Ignorer cette faiblesse aurait tôt fait de le discréditer aux yeux de ses supérieurs et de ses subalternes. Mais le plus souvent, plutôt que de s'acharner avec l'énergie du désespoir sur ses manques, il devrait choisir de s'entourer de collaborateurs aptes à les compenser.


Il n'y a pas d'emploi parfait, qui nous libère de toutes les tâches pour lesquelles nous n'excellons guère ou qui nous rebutent. Il y aura forcément toujours une partie qui nous plaira moins. Sauf que si celle-ci prend toute la place et siphonne notre énergie, tant et si bien que nous négligeons d'accorder du temps au développement de nos talents, le risque de nous brûler est grand. Car si développer une force est stimulant, garder les yeux rivés sur une faiblesse pour tenter de l'abattre est hautement épuisant. Si c'est le cas, une introspection s'impose peut-être pour évaluer si le poste qu''on occupe nous convient toujours. L'exercice en vaut le coup.


Développer et faire valoir ses forces est un principe qui, certes, s'applique à soi-même mais également aux employés que l'on dirige et ceux qui font équipe avec nous. Il est faux de croire que les bons éléments ne nécessitent pas d'évaluation, de suivi, d'encadrement, de formation complémentaire et d'encouragements, bref qu'on se permette de ne pas s'occuper d'eux. Bien au contraire. Ce sont ces individus performants, dotés d'habiletés multiples, qui doivent accroître sans cesse leurs forces puisque c'est par cet accroissement des forces qu'une entreprise se doit de tabler pour prospérer.