« Quelle profession exerce votre fils déjà? ». « Je crois qu'il... En fait, il... Bien, heu... ». « Vous pourriez être un peu plus précis? »


Lorsqu'on leur demande la profession que pratique leur progéniture, beaucoup de parents ne la comprennent pas suffisamment pour être en mesure de la décrire. Ils n'en ont qu'une vague idée. S'ils savent que Simon est dans le domaine de l'informatique et que Juliette celui du droit, il n'est pas rare qu'ils ignorent que Simon est référenceur et que Juliette est audit juridique. Et que font un référenceur et un audit juridique précisément? Je crois qu'il... En fait, il... Bien, heu...


À qui ou à quoi attribuer la faute? Loin d'être un manque d'intérêt envers leurs rejetons, cette ignorance est plutôt due à l'évolution des nouvelles technologies et aux dénominations anglaises de certains métiers. Il y a des métiers (60 %) qui n'existaient pas il y a à peine une décennie. Les parents des jeunes travailleurs ne savent pas trop par exemple ce qu'un gestionnaire de données, un community manager, un Web designer, un administrateur réseau, un ingénieur système mangent en hiver. Et ce n'est pas uniquement les professions du secteur de l'informatique qui sont incomprises. On ne saisit pas exactement non plus ce que font un chargé de relations de presse, un contrôleur de gestion, un actuaire notamment.


Il y a un choc des générations, on ne peut le nier. Des mesures sont d'ailleurs mises en place de plus en plus pour amortir ce choc parce qu'on juge que des parents mieux renseignés sont plus en mesure d'offrir un soutien à leurs enfants lorsque ces derniers font face à des embûches dans leur vie professionnelle.