Outre la nécessité de trouver une bonne idée de service ou de produit qui répondra à une demande et qui saura véritablement se démarquer de la concurrence, de trouver les moyens de financer son projet et de dénicher des clients, pour devenir son propre patron, il est indispensable d'avoir la bonne personnalité. Si certains salariés et entrepreneurs en devenir ont tendance à ne voir que les aspects avantageux du travail autonome, il faut savoir qu'être son propre patron n'est pas fait pour tout le monde.


Le travailleur autonome bénéficie certes d'un espace de liberté enviable. Il peut gérer son horaire de travail à sa guise, aménager son bureau à son goût, choisir ses propres outils et équipement, décider de s'installer au café du coin pour réaliser un mandat s'il le souhaite, se la couler douce pendant deux mois consécutifs si tel est son désir ou bosser comme un fou pendant deux mois consécutifs si tel est le désir de son compte de banque, donner priorité à un client plutôt qu'à un autre, déléguer une tâche pour laquelle il n'excelle pas, n'a aucun intérêt ou qu'il considère trop peu rentable...


Mais le travailleur autonome doit aussi porter plusieurs chapeaux, du moins au début, lorsque le budget est restreint et qu'il ne peut déléguer : gestionnaire, informaticien, secrétaire, responsable des finances, du marketing, du développement, des ressources humaines..., sans compter qu'il doit évidemment livrer la marchandise (produit ou service) et ce, de façon irréprochable et sans retard. Il lui faut donc être très compétent dans son domaine et s'assurer de mettre régulièrement ses connaissances à jour car les clients sont exigeants.


Inutile donc de tenir un long discours sur le fait qu'une personne qui ne peut résister au stress, n'est pas tolérant au risque, est incapable de faire preuve de persévérance et de détermination, est dépourvu d'autonomie et de débrouillardise, a peu confiance en ses propres ressources, ne peut se résoudre à décrocher pour trouver le juste équilibre entre le travail et le repos, ne peut faire face à l'instabilité financière, a bien peu de chance de connaître du succès en affaires. Il n'est pas rare par conséquent que des salariés qui se sont aventurés sur les sentiers du travail autonome reprennent le chemin de l'entreprise.


Eh oui, incroyable mais vrai, on peut finir par s'ennuyer d'avoir un patron!