À faible dose et ponctuel, le stress est une réaction physiologique tout à fait naturelle de notre organisme déclenché par un événement ou une situation inhabituel ou jugé anormal. Face à une menace potentielle, le cerveau mobilise toutes ses ressources pour mieux l'affronter. Réclamer une augmentation de salaire à son patron, venir à bout d'une tâche complexe, s'adapter à un nouvel environnement, annoncer une mise à pied, autant de situations susceptibles de générer du stress. Heureusement, le traitement du stress est souvent simple. Il suffit de résoudre la cause du trouble en affrontant la situation ou en laissant le temps faire son œuvre jusqu'à ce que la source du stress rende l'âme. De bonnes techniques de relaxation sont aussi utiles pour calmer les tensions lors d'événements stressants.


L'angoisse est différente du stress et n'a pas les mêmes conséquences. Si on peut assez facilement identifier et reconnaître les moments où l'on se sent stressé, l'angoisse est un sentiment plus diffus, qui envoie des signaux d'alerte par petites touches déstabilisantes, aux symptômes plutôt flous, ce qui fait en sorte de rendre le diagnostic plus difficile à poser et les solutions plus difficiles à trouver. Tout comme le stress, l'angoisse se rattache à la peur mais pas une peur reliée à une situation mais à un sentiment : la peur du changement, du jugement des autres, de l'inconnu... Cette anxiété peut demeurer inoffensive mais si elle devient envahissante, elle peut rapidement se transformer en troubles plus sérieux et mener même à la dépression. Il faut donc faire preuve de beaucoup d'attention pour arriver à détecter l'anxiété pathologique chez un collègue ou un subalterne.


Car si on est capable de dire sans trop de problème « Je suis stressé » et passer à un autre appel, dire « Je suis anxieux » est vachement plus déroutant.