Vous avez proposé votre candidature pour une poste qui vous intéresse et vous voilà convoqué à un entretien d'embauche. Eh bien, bravo! Vous êtes un peu, beaucoup, passionnément nerveux? Si c'est le cas, c'est peut-être que vous considérez cette entrevue comme un interrogatoire plutôt qu'un échange. Il est peut-être grand temps que vous modifiiez votre perception des choses.


Sachez au départ que si vous êtes nerveux, la personne qui est assise devant vous et à qui vous donnez beaucoup d'importance l'est tout autant. Le recruteur, soit le représentant de l'entreprise qui offre l'emploi que vous convoitez, doit en effet trouver en peu de temps le candidat le plus qualifié pour répondre aux exigences du poste. Qui plus est, sa marge d'erreur est minime parce qu'une mauvaise décision de sa part risque de coûter cher aux dirigeants de la firme. Disons que la tension peut parfois être assez forte!


Vous avez donc tout intérêt à voir cet entretien comme une conversation entre deux individus qui, chacun de leur côté, ont quelque chose à offrir. Vous n'êtes pas en position d'infériorité, vous ne quémandez pas un emploi, vous offrez vos services à une entreprise qui a des besoins en personnel à combler.


Jouez gagnant, répondez avec aplomb aux questions du recruteur et ne vous privez pas de poser des questions sur le poste et l'entreprise, de demander des précisions et d'écouter attentivement les réponses. Cette attitude met de l'avant votre intérêt face au poste, votre habileté à communiquer et vous empêche de mettre qui que se soit sur un piédestal.


N'oubliez pas que si le recruteur peut refuser de vous offrir le poste, vous pouvez tout aussi bien refuser son offre. C'est un jeu qui se joue à deux...