Après un an de recherches intensives, vous venez enfin de dénicher un emploi. Mais voilà qu'à peine quelques semaines à votre poste, une autre firme vous convoque en entrevue et vous fait une offre qui vous paraît plus avantageuse. Ou bien, vous êtes en poste depuis plusieurs années et un chasseur de tête vous propose un boulot que vous avez du mal à refuser. Ou encore, c'est un proche compétiteur de votre employeur qui veut vous faire sauter la clôture. Dans ces moments-là, il se peut qu'une question vous traverse l'esprit : dois-je en parler ou non à mon patron?


La réponse à cette question est fonction de la qualité de la relation que vous entretenez avec votre supérieur hiérarchique.


D'instinct, il serait tentant de toujours opter pour la plus grande discrétion. Car qui sait si vos révélations ne se retourneront pas contre vous advenant le cas où vous décidiez de ne pas accepter le poste offert ou, pour quelque raison que ce soit, il ne vous était pas attribué.


Cependant, si vous optez pour la transparence parce que votre relation avec votre patron est basée sur la confiance, en lui présentant les raisons qui vous incitent à considérer une nouvelle opportunité, vous lui donnez ainsi l'occasion de partager avec vous les nouvelles missions qu'il a peut-être en tête pour éventuellement bonifier vos tâches et les rendre plus stimulantes. Ce n'est plus un secret pour personne, le manque de motivation est l'une des principales raisons qui poussent un employé à chercher son bonheur ailleurs. Par conséquent, un franc dialogue pourrait très bien être bénéfique aux deux parties. Dans le cas d'une entente, votre employeur garderait dans ses rangs un employé de valeur et de votre côté, vous pourriez mener des projets à la mesure de vos compétences et de vos ambitions sans devoir quitter la boîte. Elle n'est pas belle la vie?


Encore une fois, ce conseil s'applique seulement dans le cas où il existe un lien de confiance entre vous et votre patron. Dans le cas contraire, il est plus stratégique de garder vos démarches sous silence.