Un lipogramme est un texte dans lequel on s'impose de ne pas utiliser une ou plusieurs lettres de l'alphabet. La difficulté de cet exercice dépend de la ou des lettres que l'on désire éviter. 
Une gymnastique mentale plutôt amusante!


Ce texte de près de 800 mots est un lipogramme en a.


Piquez donc une bonne colère!


Pour libérer le génie inventif qui dort en soi, rien de tel que de piquer une bonne colère. Ce conseil provient de chercheurs européens qui ont découvert un lien entre colère et inventivité. Selon eux, un individu furibond bénéficie d'une solide dose d'énergie et d'un style de pensée déstructuré, deux éléments considérés comme de réels propulseurs d'idées. Ils précisent toutefois que l'effet est de courte durée et suggèrent de dénicher des méthodes un peu moins rock'n roll pour réveiller les idées endormies, question de conserver un juste équilibre et d'éviter l'épuisement.


Profiter de l’énergie qui résulte d'un profond mécontentement peut en effet constituer un excellent moyen de générer des idées hors du commun. Si une colère refoulée ou incorrectement exprimée est destructive, improductive et provoque le plus souvent d'inutiles frictions, il est possible de se servir de cette émotion qui est source d'une vive énergie pour concevoir quelque chose de complètement inouï. Et nul besoin de se fixer comme objectif de créer l'œuvre du siècle, il suffit simplement d'exploiter positivement ses brefs (espérons-le) moments de grogne pour stimuler son esprit inventif.


Vous cherchez une idée lumineuse? Vous voulez développer un projet inusité? Le secret vous est dès lors dévoilé. Piquez donc une bonne colère!


On peut choisir de rester zen

Évidemment et fort heureusement, nul besoin de toujours sortir de ses gonds pour que notre esprit inventif entre en scène. Il existe une foule de moyens mille fois plus zen de solliciter ses services.


Il est essentiel premièrement de prendre conscience que nous possédons tous le potentiel inné de créer et lorsqu'on se permet d'oser mettre insoucieusement en lumière ce potentiel, en plus du sentiment de frénésie que nous ressentons, des événements inespérés se pointent en douce, comme une sorte de clin d'œil existentiel.


Il suffit d'observer les petits expérimenter une multitude de trucs tous les jours et qui, contents de leurs découvertes, se foutent éperdument de ce qu'ils récolteront en bout de ligne. Et on se dit, morose, qu'ils doivent profiter pleinement de ces merveilleux moments de je-m'en-fichisme puisqu'ils ne durent qu'un temps.. Ce qu'on ignore toutefois, c'est que le pouvoir de créer, loin d'être provisoire, répond longtemps « Présent! ».

Secouer les puces de son génie inventif

Notre génie inventif montre le bout de son nez lorsqu'on décide...


De rester soi-même – On vit un stress énorme lorsqu'on se conforme, semble-t-il, pour le bien de tous. Le plus sûr moyen d'endormir son énergie inventive est de tenter coûte que coûte de suivre un modèle, même s'il nous rebute et de croire fermement que de se comporter comme tout le monde nous éloigne des problèmes. On se rend vite compte que c'est tout l'opposé qui se produit.


De rigoler – Le sens de l'humour permet de proposer une vision singulière d'un point de vue et même si d'entrée de jeu, cette vision peut être perçue comme insensée, voire ridicule, elle peut devenir le déclencheur d'idées nouvelles qu'un esprit trop solennel oublie de considérer. Et puis se bidonner un bon coup constitue une excellente prescription pour se remettre des blessures que l'existence nous inflige quelquefois.


De voir l'échec comme un tremplin – Plus un concept est différent ou excentrique et plus il nous semble que les possibilités d'échec sont étendues. Et très souvent, le besoin de censurer ledit concept survient en même temps. Toutefois, l'expérience prouve que vivre l'échec, même s'il est douloureux sur le coup, est moins risqué que l'immobilisme. Lorsqu'on refuse de foncer juste pour éviter l'échec, on s'éloigne du tremplin susceptible de nous offrir l'opportunité de se rendre où l'on veut.


De se contrefoutre d'être jugé – « Mon idée est infiniment trop folle pour mon superviseur », « Je risque d'être vu comme un énergumène complet », « Pourquoi m'est-il si difficile d'éviter de toujours remuer ciel et terre? »... Défendez vos idées, même les plus insensées et dites-vous que de nombreuses inventions et découvertes ont souvent été le fruit d'idées loufoques ou résolument timbrées.


De s'entourer de gens qui nous ressemblent – Fréquenter des êtres de style trop opposé lorsqu'on veut secouer les puces de notre génie inventif peut être source d'incompréhension et de rejet. Le lien qui unit des individus qui se ressemblent est souvent moins complexe et plus solide. Ils se décodent plus vite et mieux.


D'oser – C'est plus difficile qu'on le croit d'oser. Oser expérimenter, innover, s'exposer, oser se tromper et rebondir pour progresser, oser écouter et surmonter ses peurs, oser croire en ses possibilités, bref, oser ouvrir les portes de l'inconnu désoriente toujours un peu. Toutefois, lorsqu'on ose, on découvre un monde insoupçonné, où le merveilleux opère.